Le Musée des civilisations de Côte d'Ivoire : Un musée d'avenir

Dénommé Centrifan, centre artisanal depuis 1942 sous l’initiative du gouverneur Hubert Deschamps, il prend le nom de centre des sciences humaines de 1960 à 1972, de musée national d’Abidjan en 1972 puis de musée des civilisations de Côte d’Ivoire en 1994 sous l’impulsion du Pr. feu Georges Niangoran Boa.

Dénommé Centrifan, centre artisanal depuis 1942 sous l’initiative du gouverneur Hubert Deschamps, il prend le nom de centre des sciences humaines de 1960 à 1972, de musée national d’Abidjan en 1972 puis de musée des civilisations de Côte d’Ivoire en 1994 sous l’impulsion du Pr. feu Georges Niangoran Boa. Depuis mai 2006, le Musée des civilisations de Côte d’Ivoire (Mcci) est dirigé par Silvie Memel Kassi qui en sa qualité de directrice de la Fondation Tapa pour les Arts et la Culture avait une idée des défis auxquels elle devrait faire face d’autant plus l’un des objectifs de cette fondation est le renforcement des capacités des musées. A cet égard, dès septembre 2006, une politique de redynamisation nommée « la nouvelle vision » a été mise en place « pour bousculer les ivoiriens dans leurs habitudes parce que la visite au musée n’est pas inscrit dans les programmes de sorties des citoyens ». De cette politique est née une nouvelle exposition permanente avec pour thème « identité culturelle et brassage des cultures ». Ce thème tire son originalité du fait de la pluralité des cultures existantes en Côte d’Ivoire reflétant ainsi une Côte d’Ivoire en miniature avec toutes ses régions. « L’ancienne exposition datant de plus de 12 ans et ne répondant plus aux normes, les ivoiriens étaient las de voir les mêmes choses » avoue la responsable conservatrice de ce musée. La salle d’exposition est subdivisée en cinq sous thèmes dont la Côte d’Ivoire sous l’éclairage de l’archéologie. Il s’agit de l’exposition des objets et traces laissés par les civilisations du passé. L’organisation socio économique de la Côte d’Ivoire est l’intitulé du second espace. A ce niveau, la vie quotidienne des peuples de Côte d’Ivoire avec leurs outils de travail tels que la machette, la houe, la fonte bronze est mise en exergue mais également, l’exposition de la monnaie utilisée depuis plusieurs décennies. Le visiteur du troisième espace est plongé au cœur de l’organisation sociale et politique du temps de la colonisation, du temps des pratiques sociales ou valeurs traditionnelles ivoiriennes et du temps du pouvoir traditionnel. Il fera la connaissance des objets de cultes et de croyances religieuses comme les masques et la poterie dans le quatrième compartiment du mussée. Les contemporains trouveront leur compte au cinquième niveau avec la vie contemporaine qui consiste en une exposition d’objets modernes et traditionnels. 10.900 objets composent la collection du Musée des civilisations de Côte d’Ivoire qui est un musée ethnographique, archéologique, iconographique ; un musée d’art ancien. La plupart de ces objets sont constitués de matériaux organiques, fait à base de bois, d’os, et de peaux. D’où un traitement spécifique au plan de la conservation. Pour ce faire, dans le cadre d’échanges, une mission d’experts du Musée du Quai Branly en France viendra donner une formation dans la conservation préventive et curative des pièces. Le Musée des civilisations de Côte d’Ivoire c’est également une politique spécifique de cooptation de tous les publics pour sa promotion. A cet effet, pour la première fois, un ambassadeur a été désigné pour vendre cette destination. Et c’est l’ex Directeur Général du Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (Cepici), actuel administrateur de la Bad pour la Côte d’Ivoire, Tchétché N’Guessan, qui occupe ce poste. Son concours a donc permis au Mcci d’obtenir des financements. Un Club des amis du musée a été mis en place pour semer dans les esprits la prise en compte de l’aspect culturel dans la vie des ivoiriens et personnes vivants sur le territoire ivoirien. Les ivoiriens de la diaspora sont également membre de ce club. « Cette action de bénévolat en faveur du musée national de Côte d’Ivoire mérite que tous la fasse sienne pour présenter l’identité du pays » indique Silvie Memel Kassi. Aussi, attache a-t-elle été prise avec le Ministère de l’éducation nationale pour inscrire la visite du musée dans les programmes scolaires. A cette fin, des conférences et des séances de sensibilisation sont organisées dans les établissements qui depuis lors, se bousculent tous les mercredis et samedis pour faire connaître à leurs pensionnaires l’identité culturelle de leur pays. Les ambassades, les instituions, et les entreprises qui ont été également sensibilisées ne ménagent aucun effort pour s’offrir un pan de leur histoire commune faisant passer le taux de fréquentation de 2000 visiteurs par an, à 6000 visiteurs à la fin 2006 et à 14.000 visiteurs en 2007. Ce qui bien entendu a eu un écho favorable auprès des autorités ivoiriennes qui ont eu une oreille attentive aux doléances des nouveaux responsables du Mcci vue l’énorme travail abattu en si peu de temps. C’est en cala que le budget alloué à cette institution qui stagnait à 09 millions Fcfa est passé à 32 millions Fcfa en 2007 pour atteindre la barre des 85 millions Fcfa en 2008. Toutes les régions de Côte d’Ivoire, n’étant pas ou étant peu représentées au sein de l’exposition permanente, un projet de collecte d’objets a été entamé pour palier cette carence représentative. Cela a permis en 2007 de ramener 371 objets de la région de la Marahoué et des lagunes aux fins de renforcer le fonds de ce musée qui depuis 50 ans n’a pas connu d’acquisitions. Une mission en collaboration avec le département d’archéologie de l’Université d’Abidjan est dans la région de Lozoua (Jacqueville) pour une acquisition de pièces archéologiques parce que « celles que nous avons sont muettes. Nous entendons par le biais de cette mission renforcer le fonds et donner une datation aux pièces déjà présentes ». Une journée culturelle de la jeunesse sera organisée dans le mois de mai prochain avec le concours des chefs d’établissements et Présidents d’Universités et la création d’un site web est en cours d’exécution. La politique de redynamisation et de relance du Mcci est donc en marche pour faire de ce musée une véritable représentation de l’identité culturelle ivoirienne. « Le moment pour nous est venu d’entrer en relation avec d’autres entreprises et d’autres institutions pour être plus répondant afin que tout le monde consomme la culture » précise la responsable du Mcci.

Auteur: Francis Yedan

 

 

 

Commentaires (1)

1. Nike NFL Jerseys (site web) 24/09/2012

commenced transport them into your U

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Notre site Taboitien village de rêve est listé dans la catégorie Continents : Afrique de l'annuaire Cours de referencement d'Olivier Duffez | Référencement I3W| Annuaire| Yakavoir.com, l'annuaire des sites classés par points et par les internautes.
Recherchez Ici|Glaneur.fr|Region|tribufaf|118-Annuaires| Serveur Dédié| Annuaire generaliste| testeur voyageGuides Voyage Côte d'Ivoire| Référencement professionnel de site internet (Web). Montréal, Québec, Canada.| Annuaire| Annuaire generaliste gratuit|Chat Bot Game|Art & Culture| Référencement gratuit | referencement gratuit| Afrique - Régional|

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×